Index du forum Les rubriques L'agenda, les Bonnes Adresses et Liens Amicaux

Re: AGENDA

Messagepar Lalex » Ven 30 Juin 2017 07:12

.
Le Krug Festival
Événement organisé du 01 au 02 juillet 2017

La Maison de Champagne prends ses quartiers le temps d'un weekend au cœur des puces de Saint-Ouen pour un moment de dégustation inédit, entre rencontres artistiques et cuisine contemporaine.


Du 1er au 2 juillet, le festival va investir le marché Paul Bert Serpette, connu pour être le plus grand Marché d'antiquités au monde.
Dans une atmosphère folklorique et hors du temps, la Maison Krug vous proposera un week-end sous le signe du raffinement et des arts décoratifs. En vous baladant dans les allées du Marché vous pourrez découvrir les différents lieux éphémères aménagés par Krug où chaque espace sera dédié à une de leur cuvée ! La Maison prendra aussi soin de vous faire découvrir des accords mets & vins innovants avec comme partenaire culinaire, la cheffe tendance et écolo Chloé Charles.

Vous pourrez découvrir :

- Le Studio Krug : un verre de Krug Grande Cuvée, une création culinaire de Nicolas Scheidt avec accord musical.
Prix : 55€

- La Maison Krug : dégustation de 4 Champagnes, une création culinaire d’Alexandre Giesbert avec un accord musical en duo.
Prix : 120€

- La Table Krug : un déjeuner dégustation accompagné de 2 Champagnes et d’un accord musical.
Prix : 120€

- La Nuit Krug : un diner dégustation par Chloé Charles accompagné de 3 Champagnes et d’une expérience musicale sur mesure.
Prix : 220€

- Chez Déjà Vu : un verre de Krug Vintage 2003 et une création culinaire de Chloé Charles.
Prix : 45€

- Chez Pierre Machaux : un verre de Krug Grande Cuvée et une création culinaire d’Adrien Ferrand.
Prix : 45€

- Chez Karine Szanto : un verre de Krug Grande Cuvée et une création culinaire d’Adrien Ferrand. Prix : 45€

- Chez Steeve Poulain : un verre de Krug Rosé et une création culinaire de Chloé Charles.
Prix : 45€

- Chez Aurélien Serre : un verre de Krug Grande Cuvée et une création culinaire d’Adrien Ferrand.
Prix : 45€

- Chez Julien Seyard : un verre de Krug Grande Cuvée et une création culinaire d’Adrien Ferrand.
Prix : 45€

- Chez Galerie Gam : un verre de Krug Grande Cuvée et une création culinaire d’Adrien Ferrand.
Prix : 45€

- Chez François Casal : un verre de Krug Grande Cuvée et une création culinaire d’Adrien Ferrand.
Prix : 45€

Informations pratiques

Date : samedi 1er & dimanche 2 juillet 2017
Horaires : de 10h à 18h
Lieu : 110 Rue des Rosiers, 93400 Saint-Ouen


avis-vin.lefigaro.fr


Alex,
Lalex
 
Messages: 1965
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: AGENDA

Messagepar Thierry Debaisieux » Ven 30 Juin 2017 14:40

Je signale qu'au même moment, c'est La Champagne en Fête du 30 juin au 2 juillet:
Epernay, vignobles et Terroirs (15 Communes et 150 vignerons)
http://www.lachampagneenfete.fr
Bien cordialement,
Thierry Debaisieux
Thierry Debaisieux
 
Messages: 3714
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 21:50
Localisation: Nord

Re: AGENDA

Messagepar JP Nieudan » Ven 14 Juil 2017 17:23

Les Caves du Louvre : le vin dans tous ses états
52 Rue de l'Arbre Sec, 75001 Paris

Amateurs de vin ou simples curieux, cette adresse est faite pour vous. Dans le 1er arrondissement, à proximité des jardins du Louvre, ces caves proposent de « rendre accessible le vin au plus grand nombre ». En descendant les escaliers, le visiteur est accueilli par un fond sonore où s'entrechoquent des verres, sautent des bouchons et glougloute le vin hors de sa bouteille... Ambiance.

Une première exposition est dédiée à l'art contemporain, les œuvres sont suspendues au-dessus des tonneaux. À côté de cette salle, une dégustation sur réservation est proposée.
En descendant davantage, six salles rendent hommage à l'histoire du vin. Tous les sens sont éveillés à l'aide de jeux interactifs : pipettes qui retracent les étapes de la confection du vin avec des saveurs acidulées, boisées ou sucrées ou bien stimulation de l'odorat en devinant des arômes particuliers.
La visite se termine par l'étape la plus importante : celle de la dégustation.

Les caves sont accessibles gratuitement de 12 heures à 18 heures du lundi au samedi et de 13 heures à 18 heures le dimanche au 52 rue de l'Arbre-Sec.
Des formules incluant dégustation et visite guidée sont disponibles sur réservation, de 15 à 30 euros par personne.

Téléphone : 01 40 28 13 11
La vérité est dans la bouteille ..( Lao Tseu ) Image
Avatar de l’utilisateur
JP Nieudan
 
Messages: 8053
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 09:23
Localisation: Hautes Pyrénées

Re: AGENDA

Messagepar Lalex » Jeu 14 Sep 2017 12:54

.
Journées du Patrimoine « spéciales Climats »
Des lieux emblématiques des Climats du vignoble de Bourgogne ouvrent leurs portes les 16 et 17 septembre 2017, à l'occasion des Journées du Patrimoine. Profitez-en...




Des lieux emblématiques des Climats du vignoble de Bourgogne ouvrent leurs portes à l'occasion des Journées du Patrimoine qui se tiendront ce week-end, les 16 et 17 septembre : La Maison des Climats, à Beaune, le Palais des Ducs et des Etats de Bourgogne à Dijon, ainsi que l'Abbaye de Saint Vivant à Curtil-Vergy, etc. Les bénévoles de l'association seront présents pour guider le public, le renseigner et faire découvrir la fabuleuse histoire des Climats de Bourgogne.

Le programme complet de ces journées du patrimoines est à retrouver sur internet.


A BEAUNE : Visite et animations à la Maison des Climats
SAMEDI ET DIMANCHE : 9h-18h30


Visites guidées : 14h-18h30. Sur inscription : 03 80 20 10 40, info@climats-bourgogne.com
Ateliers jeune public : 14h-18h, entrée libre.
10 000 visiteurs l'ont déjà parcourue. Re-découvrez la Maison des Climats en visite libre ou lors des visites guidées. Vous pourrez explorer la maquette de 9 mètres représentant le vignoble de la Côte de Beaune et de Nuits, visionner le film spécialement conçu et comprendre l'histoire, la géologie, la toponymie et le patrimoine des Climats.
Les plus jeunes auront quant à eux rendez-vous avec l'artiste Manue Breuillot pour des ateliers artistiques.


A DIJON : Le Palais des Etats et des Ducs de Bourgogne
SAMEDI : 14h-17h, Entrée et visite libre. Palais des Etats, Place de la Libération.


Les ducs Valois de Bourgogne ont fortement contribué à la construction de la notion de Climats. Philippe leHardi contribua par exemple à l'édit de règles destinées à garantir la qualité des vins. Pour en apprendre davantage... rendez-vous avec nos bénévoles, sur le stand situé en haut de l'escalier Gabriel.


A CURTIL VERGY : L'Abbaye de Saint-Vivant
DIMANCHE :10h-17h, Entrée et visite libre. Visite guidée sur demande


Ancienne possession des moines bénédictins de Cluny, à qui les terroirs bourguignons doivent tant... Le site (à quelques kilomètres de Nuits-Saint-Georges, dans les Hautes-Côtes de Nuits), en restauration depuis plus de 10 ans, ouvre exceptionnellement ses portes au public.


ET AUSSI... La carrière de Villars-Fontaine
SAMEDI ET DIMANCHE : 10h-18h

SAMEDI 17 à 17h : Intervention des musiciens de l'Orchestre Dijon Bourgogne, dans le cadre des projets communs à l'Orchestre Dijon Bourgogne et à l'Orchestre Victor Hugo Franche Comté


La carrière rouvre ses portes pour pouvoir admirer les fresques réalisées dans le cadre de "Street Art on the roc". Un bel exemple de mise en valeur du patrimoine carrier, qui est au coeur de la réflexion du Plan de Paysage engagé avec l'Association des Climats, les professionnels de la pierre et les 9 communes situées entre Ladoix-Serrigny et Nuits-Saint-Georges.



www.bourgogneaujourdhui.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1965
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: AGENDA

Messagepar Lalex » Jeu 14 Sep 2017 12:57

.
Tastevinage, la 100ème !
La 100ème édition du Tastevinage, dégustation organisée depuis 1950 par la Confrérie des Chevaliers du Tastevin se tiendra le 29 septembre prochain, au Château du Clos de Vougeot.


Faut-il encore présenter la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, fondée en 1934, l'une des confréries vineuses les plus connues au monde ? Avec ses soirées (chapitres) et ses nombreuses commanderies, notamment aux USA, "LA Confrérie" comme on l'appelle en Bourgogne sans même avoir besoin d'en dire plus, est l'un des outils de communication les plus efficaces sur les vins de Bourgogne.

La Confrérie organise également depuis le 28 juin 1950 une dégustation de sélection de vins de Bourgogne et du Beaujolais baptisée le "Tastevinage". Depuis 1986, deux séances ont lieu chaque année et la 100ème se tiendra le 29 septembre prochain dans le cellier du Château du Château du Clos de Vougeot, au coeur de la Côte de Nuits. A chaque séance plus de 1 000 échantillons sont dégustés à l'aveugle et la Confrérie a calculé que depuis la création du Tastevinage, plus de 100 millions de bouteilles avaient été commercialisées avec le label de la dégustation.

"Avec la volonté de répondre toujours mieux aux attentes des producteurs ainsi que des consommateurs, le TASTEVINAGE a souhaité évoluer en renforçant sa marque et son rôle d'expert dans la sélection des vins de Bourgogne", explique Arnaud Orsel, conseiller d'honneur de la Confrèrie depuis 2010. Sous la présidence de Jeannie Cho Lee, première femme Master of Wine asiatique, le jury découvrira à l'occasion de cette 100ème, les nouveautés qui marqueront le nouvel esprit du label.


UNE IDENTITÉ REVISITÉE
Le TASTEVINAGE est un label unissant qualité, valeurs traditionnelles et volonté d'adaptation. La nouvelle identité du Tastevinage se devait de conserver cette image tout en ajoutant à la fois élégance et modernité. Une évolution qui se perçoit au travers de la charte graphique et qui se décline sous la forme d'un nouvel habillage, étiquette ou macaron. Cette nouvelle version apparaîtra donc sur les prochaines bouteilles des vins qui seront sélectionnés lors de la dégustation du 29 septembre.


LE NOUVEAU VERRE DU TASTEVINAGE
Le changement s'opérera également sur les tables de dégustation. Le jury pourra déguster lors de cette centième édition avec le nouveau verre du TASTEVINAGE, création originale et raffinée, imaginée exclusivement pour le label. Adapté à la dégustation des vins de Bourgogne, le verre soufflé bouche se caractérise par un « design rétro-olfactif » ; il contribuera ainsi à une analyse précise des vins rouges, blancs et des crémants de Bourgogne. Ce verre sera en vente à la boutique du Château du Clos de Vougeot.


LES MAJORS : LA RÉCOMPENSE APRÈS LA SÉLECTION
La dernière nouveauté apparaît avec les MAJORS qui distingueront les « Coups de Coeur » du jury. Au cours d'une soirée organisée le 16 novembre prochain au Château du Clos de Vougeot, une cérémonie officielle récompensera les MAJORS de la 99ème séance de Tastevinage de Printemps (24 mars 2017) et de cette 100ème édition.


LE TASTEVINAGE - LABEL DE SÉLECTION DES VINS DE LA GRANDE BOURGOGNE VITICOLE
Créé en 1950 par la Confrérie des Chevaliers du Tastevin, le Tastevinage est un label qui sélectionne les vins les plus représentatifs de la grande Bourgogne viticole, du Chablisien aux crus du Beaujolais, en passant par les Côte de Nuits, de Beaune, Chalonnaise et le Mâconnais. Composé d'un jury de plus de 250 experts de la filière vin : vignerons, négociants, courtiers, sommeliers, oenologues, distributeurs et journalistes, le TASTEVINAGE consiste en un examen minutieux où chaque vin est dégusté à l'aveugle dans le but de préserver l'impartialité des jurés. À l'issue de cette sélection, le sceau du TASTEVINAGE est décerné aux vins qui définissent au mieux le caractère de leur appellation et de leur millésime, le gage d'une garantie d'authenticité et de plaisir pour le Consommateur.
TASTEVINAGE - communication@closdevougeot.


www.bourgogneaujourdhui.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1965
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: AGENDA

Messagepar JP Nieudan » Mar 19 Sep 2017 17:44

Livres en Vignes 2017

...seront heureux de vous accueillir les 23 et 24 septembre 2017 au château du Clos-de-Vougeot pour le dixième anniversaire de "Livres en Vignes"

Dix ans déjà !

Qui aurait imaginé, en 2008, que "Livres en Vignes" fêterait un jour son dixième anniversaire ? Et que notre festival du livre et du vin, ancrée dans le terroir bourguignon, deviendrait une des manifestations littéraires les plus appréciées du monde du livre et de l'édition ? Merci à nos partenaires - la Confrérie du Tastevin, la maison Albert-Bichot, le Conseil régional, le Conseil départemental et tous les autres - et à tous nos bénévoles sans qui "Livres en Vignes" ne serait pas devenu ce rendez-vous annuel apprécié des auteurs, des éditeurs, des libraires et... des lecteurs ! Merci à Luc Ferry, qui fut un des premiers parrains de "Livres en Vignes", d'avoir accepté de présider ce 10ème anniversaire (*). La fête, cette année, sera pleine de surprises. Amis du livre et du vin, je vous donne rendez-vous les 23 et 24 septembre !

Evelyne Philippe

(*) Luc Ferry succèdera ainsi à Jean-Robert Pitte (2008), Bernard Pivot (2009), Didier Van Cauvelaert (2010), Patrick de Carolis (2011), Jean-Christophe Rufin (2012), David Foenkinos (2013), Dominique Bona (2014), Daniel Picouly (2015) et Jean-Marie Rouart (2016)
La vérité est dans la bouteille ..( Lao Tseu ) Image
Avatar de l’utilisateur
JP Nieudan
 
Messages: 8053
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 09:23
Localisation: Hautes Pyrénées

Re: AGENDA

Messagepar Lalex » Mer 11 Oct 2017 12:07

.
La Paulée de la Côte Chalonnaise, c'est ce week-end...
La Paulée de la Côte Chalonnaise aura lieu du 13 au 15 octobre 2017 à Chalon-sur-Saône. Au programme : dégustations, repas, concerts, animations... et découverte d'un vignoble très attachant qui a su faire sa "révolution" qualitative.





La Paulée, c'est la fête qui marque traditionnellement dans chaque domaine la fin des vendanges. En Côte Chalonnaise, les vignerons ont choisi il y a quelques années d'en faire une fête collective : la Paulée de la Côte Chalonnaise, organisée à Chalon-sur-Saône (71), à quelques kilomètres seulement des premiers rangs de vignes.

La Côte Chalonnaise compte cinq appellations communales : Bouzeron, Givry, Mercurey, Montagny, Rully. Les quatre dernières se déclinent en villages et premiers crus, en chardonnay comme en pinot noir ; Bouzeron est un cas à part, puisque l'AOC ne compte pas de premier cru et elle est dédié au seul cépage blanc aligoté, le troisième en Bourgogne par les surfaces en production. Notons également l'existence d'une appellation régionale : Bourgogne Côte Chalonnaise.


Mais la Côte Chalonnaise, c'est aussi et surtout une région qui a accompli une véritable révolution qualitative dans les 20 dernières années et dont les meilleurs premiers crus n'ont plus grand chose à envier à leurs homologues de Côte-d'Or, le tout à des prix encore très abordables ; comptez en moyenne 15 à 25 euros la bouteille en premier cru.


Dans le numéro 134 de Bourgogne Aujourd'hui, la rubrique "Rencontre" avait été consacrée à Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône et historien du vin. Il est longuement revenu sur l'histoire de la Côte Chalonnaise et sur les liens entre la ville et le vignoble.



Le maire qui s'intéresse au vin

Gilles Platret est le nouveau maire de Chalon-sur-Saône (71) depuis 2014. Enfant de la Côte Chalonnaise, il est aussi historien, écrivain, du vin notamment, et très impliqué dans l'économie viti-vinicole. Une denrée rare parmi les élus bourguignons.


Chalon-sur-Saône, un peu comme Dijon, Auxerre, sont des villes proches du vignoble mais qui n'ont pas vraiment une image liée au vin. Comment l'expliquez-vous ?
Chalon n'a jamais complètement perdu le fil avec le vin, mais ne l'a jamais vraiment revendiqué non plus. La Côte Chalonnaise est pourtant née à Chalon-sur-Saône. Avant même la conquête romaine, existe en effet une ville où l'on importe du vin qui vient d'Italie, remonte le Rhône, la Saône avant d'être déchargé au port de Chalon pour être acheminé à Bibracte (capitale des Eduens près d'Autun) et dans le reste de la Gaule. Avant de produire du vin ici, on en consomme donc et Chalon est un noeud de communication et de commerce. Les Gaulois, qui étaient très amateurs de vin, en sont venus à planter des vignes. La trace archéologique la plus ancienne à ce jour d'un vignoble bourguignon est à Chalon-sur-Saône. Il s'agit d'amphores vinaires fabriquées vers 50 après J.-C. et retrouvées sur la colline de Saint-Jean-des-Vignes ; de telles amphores sont la preuve qu'existait un vignoble à proximité.

Chalon va rester une plaque tournante du commerce du vin pendant tout le Moyen-Âge. C'était une ville de foires. Parallèlement aux propriétés religieuses, ceux que l'on appelait « les bourgeois de Chalon » vont acheter des vignes. Le lien entre la ville et le vin n'est devenu plus diffus qu'au XIX < E > e < E > siècle quand Chalon va se consacrer pleinement à l'industrie.


Et l'image de la Côte Chalonnaise va en pâtir ?
Le lien, solide pendant dix-huit siècles, entre Chalon et le vignoble de la Côte Chalonnaise va en pâtir. La première source de richesse du Chalonnais, c'était le vin et le bois, et une page se tourne avec l'industrialisation. À noter également qu'à partir de cette époque, la propriété viticole quitte peu à peu Chalon et l'on retrouve davantage de propriétaires « autochtones », qui vivent dans les villages, sur les domaines. Pour toutes ces raisons, le lien se distend entre Chalon et le vignoble, qui va d'ailleurs s'adapter à cette nouvelle donne en se dédiant très largement, jusque dans les années 1950-1960, à la production de vins « courants » pour les bassins industriels proches (Chalon et le bassin minier du Creusot/Montceau-les-Mines).

Tout le monde s'est mis à produire des vins « de masse » ?
Non, des vignobles ont continué de se détacher du lot et il y a toujours eu coexistence d'une viticulture « courante » et d'une viticulture de grande qualité.


Quand le lien va-t-il se renouer entre la ville et les vignerons ?
La création de la Maison des Vins de la Côte Chalonnaise* en 1982 est une étape importante. Le maire de Chalon de l'époque et les vignerons ont alors pris conscience de la coupure et compris que la ville pouvait être une magnifique vitrine pour la promotion des vins.

L'image aujourd'hui encore industrielle de Chalon-sur-Saône explique-t-elle pourquoi la Côte Chalonnaise n'a pas la réputation de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits ?
La vérité est que la commercialisation du vin de Bourgogne a toujours été très liée au pouvoir politique provincial qui était basé à Dijon. On pense aux Ducs de Bourgogne qui faisaient des cadeaux en vins aux grands d'Europe, aux papes. Ce sont des cadeaux de « vin de Beaune » notamment, alors que l'on sait très bien que du « vin de Beaune » pouvait très bien venir de la Côte Chalonnaise ; les AOC n'existaient pas à l'époque... Les bonnes cuvées de Givry ou de Mercurey n'étaient pas toujours référencées sous leur nom.


Vous avez écrit il y a quelques années l'ouvrage : « Neuf siècles au coeur de la Bourgogne, le Cellier aux Moines et son Clos ». Le clos est-il emblématique de la Côte Chalonnaise ?
Le clos est particulièrement intéressant car c'est l'un des rares domaines de Bourgogne pour lesquels on a une continuité d'archives depuis sa création vers 1135, par les moines de l'Abbaye de la Ferté, jusqu'à nos jours. Après la Révolution française, le clos va rester entre les mains de la même famille jusqu'en 2004. Trois propriétaires seulement se sont succédé depuis près de neuf siècles, avec une véritable traçabilité archivistique. C'est extraordinaire et le titre du livre était une volonté de rappeler qu'il existe en Côte Chalonnaise des domaines qui peuvent avoir la même antériorité qu'en Côte-d'Or. C'est important de le dire comme il est important de rappeler que l'Abbaye de Cîteaux est née dans le diocèse de Chalon, comme sa première fille, l'Abbaye de la Ferté, près de Givry. Cîteaux va donner naissance au Clos-de-Vougeot et la Ferté au Clos du Cellier aux Moines selon le même schéma, avec des hauts et des bas... mais sans la moindre rupture de production jusqu'à aujourd'hui.

Les moines cisterciens, et notamment ceux de l'Abbaye de la Ferté, ont donc fortement contribué à l'essor du vignoble de la Côte Chalonnaise.
La propriété ecclésiastique n'était pas la seule mais elle a en effet beaucoup compté. Le génie des moines a sans doute été de repérer les meilleurs terroirs, mais surtout, en ce qui concerne le Clos du Cellier aux Moines, de regrouper les parcelles pour constituer un clos par le biais de donations, d'échanges avec les voisins, voire d'achats.


Et les Ducs de Bourgogne, dont le pouvoir se trouvait donc à Dijon, se sont-ils occupés de la Côte Chalonnaise ?
Bien sûr et leur grand point d'appui depuis 1380-1390, était le Château de Germolles et son cellier, aujourd'hui encore en excellent état. C'était un château de plaisance avec un clos attenant. On trouve dans les archives des indications très précises sur les travaux de la vigne, les vendanges, les sélections de pinots noirs expérimentées à Germolles pour remplacer le gamay trop productif, ce « déloyal gamay » qui dégradait la qualité des vins de Bourgogne dont les ducs faisaient la promotion et utilisaient comme instrument de leur puissance. Les Ducs de Bourgogne et les moines ont donc été des acteurs forts de l'histoire viticole de la Côte Chalonnaise, aux côtés de nombreux propriétaires laïcs. Au Clos Salomon par exemple, autre clos réputé de Givry, on ne trouve trace que de propriétaires laïcs depuis au moins le XIIIème siècle. Les « grands » ne sont donc pas les seuls à posséder des vignes à l'époque.


Pour en revenir à une période plus récente, de quand datez-vous la révolution qualitative de la Côte Chalonnaise ?
Entre la fin des années 1970 et le début des années 1990, quand les jeunes vignerons qui ont aujourd'hui une cinquantaine d'années ont commencé à aller se former au lycée viticole de Beaune. Ils ont révélé le potentiel insoupçonné de leurs terroirs, fait décoller la notoriété de la côte et ce n'est pas un hasard si la Maison des Vins de la Côte Chalonnaise a été créée en 1982.


Histoire ancienne, terroirs de qualité, vignerons formés et compétents... Il ne manque donc plus qu'un peu de temps pour que la Côte Chalonnaise ait une notoriété supérieure ?
Quand on voit le niveau d'exigence des vignerons, la montée en puissance de la qualité, je suis très optimiste pour l'avenir. Il faut rester vigilant, modeste face aux caprices de la nature, mais je pense que nous n'en sommes qu'au début de l'aventure et que le meilleur est à venir. Plus rien ne manque, (il insiste), plus rien ne manque, si ce n'est peut-être un peu de promotion !


On compare beaucoup depuis le début de cette interview la Côte Chalonnaise et la Côte-d'Or. Quel doit être le positionnement de la Côte Chalonnaise pour qu'elle se distingue véritablement ?
Il y a ici un l'attachement fort à l'accueil et à la convivialité. Dans la première histoire de Chalon-sur-Saône écrite dans les années 1560, l'historien dit déjà que « les Chalonnais ont la réputation d'être accueillants ». C'est une terre de passage où l'on a gardé aujourd'hui encore cette tradition d'accueil. Cela fait partie de l'identité locale.


Propos recueillis par Christophe Tupinier

Photographies : Thierry Gaudillère

*La Maison des Vins de la Côte Chalonnaise regroupe un caveau où les vins sont sélectionnés lors d'une dégustation à l'aveugle, et un restaurant. Côté vins, c'est une belle vitrine de la diversité de la Côte Chalonnaise. info@maisonvinsbourgogne.com -Tél. 03 85 41 64 00.


La Côte Chalonnaise en quelques chiffres
Département : Saône et Loire (71).
Bouzeron (100 % vins blancs, cépage aligoté, pas de premier cru) : 60 hectares (ha).

Givry
Premiers crus : 100 ha, dont 13 en blanc.
Villages : 155 ha, dont 43 en blanc.

Mercurey : 550 ha de pinot noir, 100 de chardonnay.
Premiers crus : 142 ha.
Villages : 508 ha.

Montagny : 100% vins blancs.
300 ha, dont 200 en premiers crus.

Rully
Premiers crus : 90 ha, dont 25 en rouge.
Villages : 250 ha, dont 95 en rouge.



www.bourgogneaujourdhui.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1965
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Re: AGENDA

Messagepar JP Nieudan » Jeu 12 Oct 2017 16:34

Vente des Vins des Hospices de Beaune - Les Trois Glorieuses

Dates et horaires d'accueil
Du 18/11/2017 au 20/11/2017

Descriptif

Chaque 3e dimanche de novembre à Beaune, la Vente des Vins est le coeur d'une véritable fête « Rabelaisienne » traditionnelle en Bourgogne. Elle s'inscrit dans ce que l'on a coutume d'appeler « Les Trois Glorieuses », un rendez-vous unique donné par la Bourgogne aux amoureux du vin :

- Samedi : chapitre de la Confrérie des Chevaliers du Tastevin au château du Clos de Vougeot.

- Dimanche : les bénéfices de la vente de la pièce des présidents 2016, issue de l'appellation Corton Bressandes Grand Cru, iront à la fondation Cœur et Recherche, soutien de la recherche cardiovasculaire présidée par le Professeur Michel Komajda et parrainée par l’actrice Virginie Ledoyen et la pianiste virtuose Khatia Buniatishvili. Et la Fondation ARC pour la recherche sur le cancer, soutenue par le cinéaste Claude Lelouch et la comédienne Valérie Bonneton.

- Lundi : Paulée de Meursault, repas au cours duquel est remis un prix littéraire.

C'est aussi l'occasion de trois jours de festivités à Beaune. Parallèlement à l'exposition générale des vins de Bourgogne au Palais des Congrès, de nombreuses maisons de négoce et des domaines ouvrent leurs caves. Au programme également : nombreuses animations de rue, défilé folklorique, village artisanal et gastronomique, semi-marathon, intronisation de la Confrérie de Belnus...

Pour en savoir plus : http://hospices-de-beaune.com/index.php ... esdebeaune
La vérité est dans la bouteille ..( Lao Tseu ) Image
Avatar de l’utilisateur
JP Nieudan
 
Messages: 8053
Inscrit le: Mer 24 Oct 2007 09:23
Localisation: Hautes Pyrénées

Re: AGENDA

Messagepar Lalex » Mar 17 Oct 2017 12:18

.
Allez faire la fête à Chablis !
La 69ème Fête des vins de Chablis se tiendra les 21 et 22 octobre, dans l'Yonne. L'occasion de (re)découvrir un vignoble et des vins blancs uniques en Bourgogne.



Une bonne idée pour le prochain week-end : La fête des vins de Chablis, créée en 1949 et dont l'édition 2017 se tiendra les 21 et 22 octobre, au centre de la petite ville de Chablis. Chablis, c'est la "success story" bourguignonne des 40 dernières années. Bien mal en point dans les années 60, le vignoble a retrouvé une nouvelle jeunesse avec l'apparition des systèmes de lutte contre le gel. Il n'a jamais cessé depuis de se développer et compte aujourd'hui plus de 5 500 hectares de vignes en production.

Chablis, c'est aussi un style de vin, unique en Bourgogne et sans doute dans le monde pour le cépage chardonnay, marqué par la fraîcheur, la pureté et des expressions minérales toute en finesse.

Renseignements : Office du Chablis - BIVB : Tél. 03 86 42 42 22 - bivbchablis@bivb.com


Retrouvez ci-dessous le dernier article sur les vins de Chablis publié dans le numéro 135 de Bourgogne Aujourd'hui.






Chablis s'enrichit !

Vieillissement des vignes, retour aux labours, vinification et élevage... Pour différentes raisons, les vins blancs de Chablis ont gagné en densité ces dernières années et ce, sans perdre leur identité minérale.

Nous entretenons quelques anciennes et amicales relations à Chablis et plus globalement dans l'Yonne que nous tenons à conserver. Précisons donc immédiatement que notre titre ne fait absolument pas référence à un supposé enrichissement financier excessif des vignerons de Chablis, ce qui serait bien mal venu après un millésime 2016 marqué par la grêle et le gel, et alors que le gel a encore fait de gros dégâts en ce printemps 2017, mais à des vins dont le style évolue vers davantage de densité, de corps. Nous voyons plusieurs raisons à cette évolution du style des vins de Chablis, qui se traduit d'ailleurs par des pourcentages de réussites de plus en plus élevés dans nos dégustations, comme en attestent ceux enregistrés pour les grands crus 2014 et premiers crus 2015 (lire en pages suivantes).

Commençons par le début : les vignes. Près de 200 hectares étaient plantés tous les ans il y a seulement une vingtaine d'années et le rythme des plantations s'est considérablement ralenti depuis. C'est mathématique, l'âge moyen des vignes augmente et on sait qu'une vieille vigne produit moins qu'une jeune. Le phénomène est accentué depuis dix à quinze ans par le retour des vignerons au travail des sols. Au début des années 2000, un visiteur avait devant des yeux le spectacle d'un vignoble chablisien largement désherbé chimiquement. La même personne qui revient aujourd'hui va constater la différence avec des sols de plus en plus labourés, travaillés « et on sait que le labour a notamment pour effet de réduire la vigueur d'une vigne et donc son rendement », assure Guillaume Vrignaud, vigneron à Fontenay-près-Chablis. Autre effet très positif des labours : redonner de la « dimension », de la vie aux sols, libérer la matière des terroirs et au final, apporter plus de peps, de tension, de fraîcheur aux vins, ce qui reste un élément oh combien essentiel dans l'identité minérale des vins de Chablis. Le cercle vertueux est donc enclenché dans les vignes et c'est un premier point essentiel dans l'évolution du style des vins de Chablis vers plus de richesse.

Le second facteur est évidemment climatique, avec une succession de millésimes chauds qui amplifient les phénomènes viticoles évoqués ci-avant : vieillissement du vignoble + travail du sol = rendements plus bas. Désormais, atteindre un bon degré de maturité est chose acquise quasiment tous les ans et les vignerons peuvent même souvent se payer le luxe de choisir la date des vendanges. « Mon problème n'est plus d'avoir des raisins mûrs, mais des raisins frais », confirme Benoît Droin, vigneron à Chablis.

Des changements sont également intervenus en cuverie. « Nous sommes de plus en plus nombreux à moins triturer les moûts et avoir laissé tomber les levures lyophilisées du commerce pour vinifier avec les levures indigènes, naturelles, contenues sur les raisins. Cela génère des fermentations plus lentes, plus longues et contribue à l'enrichissement des vins », explique Didier Picq, vigneron à Chichée, lequel avance également l'hypothèse (pas partagée par tous) que les élevages plus longs, en cuves et/ou en fûts, sur lies, pratiqués à Chablis, ont également pour effet de complexifier, d'affiner mais aussi d'enrichir les vins blancs de Chablis.

Bref, le style des vins de Chablis est donc en train d'évoluer, mais il faut qu'il soit parfaitement clair dans l'esprit de tous, qu'il s'agit à notre avis d'une évolution très positive. Les chablis « réguliers » mais parfois aussi un peu trop standards, techniques, que nous pouvions déguster il y a seulement dix ou quinze ans, existent encore, mais ils ne sont plus la règle, loin de là et c'est pour le plus grand bonheur des amateurs de grands vins blancs de Chablis.




Christophe Tupinier




Chablis en quelques chiffres

Département : Yonne (89).
100 % de vins blancs (cépage chardonnay).
300 domaines.
1 cave-coopérative, La Chablisienne (250 adhérents) : 1 300 hectares.
Superficie totale (sources BIVB - récolte 2016) : 5 532 hectares.
Petit-Chablis : 1 055 hectares.
Chablis : 3 595 hectares.
Chablis premiers crus (40 climats, regroupés en 17 dénominations : Montée de Tonnerre, Mont de Milieu, Vaillons, Fourchaume, Montmains, Fourneaux, etc) : 782 hectares.
Chablis grand cru (7 climats : Les Clos, Grenouilles, Bougros, Blanchots, Vaudésir, Valmur, Preuses) : 100 hectares.
Commercialisation : 65 % à l'exportation.


www.bourgogneaujourdhui.com


Alex,
Lalex
 
Messages: 1965
Inscrit le: Ven 7 Sep 2012 10:47
Localisation: Ile-de-France (91)

Précédent

Retour vers L'agenda, les Bonnes Adresses et Liens Amicaux

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité